Gradient de naturalité

Tel que pratiquée actuellement, la plantation d'espèces à croissance rapide combinée à des travaux sylvicoles intensifs a des impacts majeurs sur la biodiversité. En adoptant le nouveau régime forestier où l'aménagement écosystémique s'applique à la totalité des forêts publiques aménagées, il devient clair que même une production accrue de bois doit éviter de créer une artificialisation des forêts québécoises. Pour ce faire, Nature Québec a publié une importante étude concernant l'impact des aménagements forestiers sur la biodiversité. L'étude Évaluation du gradient de naturalité des peuplements aménagés : un outil pour une sylviculture écosystémique devrait aider les sylviculteurs à évaluer la naturalité des peuplements forestiers aménagés et, ainsi, les aider à déterminer les mesures d'atténuation les plus adéquates pour certains travaux forestiers, particulièrement dans les plantations.

Le gradient de naturalité permet de classer les peuplements forestiers en cinq classes : naturels intacts, naturels aménagés, semi-naturels, altérés et artificiels. Pour ce faire, il faut évaluer l'altération des attributs clés d'habitat, c'est-à-dire les attributs qui sont essentiels à certaines espèces sensibles et sur lesquels l'aménagement forestier a un impact.

 

870, avenue De Salaberry
Bureau 207
Québec (Québec) G1R 2T9
Carte google

418 648-2104

 

418 648-0991

 
Je fais un don