Enquête de perception

© Marie-Ève Deshaies

Le concept d’aire protégée polyvalente est en cours d’élaboration depuis quelques années. La réflexion a notamment débuté par le groupe de travail sur l’aire protégée de catégorie VI présidé par Nature Québec (Bélanger et Guay, 2010 >>>). Actuellement, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le ministère des Forêts, de la Faune et, des Parcs, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles et la Société des établissements de plein air du Québec poursuivent cette réflexion par la mise en œuvre d’un projet d’expérimentation déployé dans deux réserves fauniques, celles de Matane et Mastigouche. 

Les aires protégées polyvalentes visent à créer de vastes aires protégées « multicatégories », composées d’aires protégées strictes et d’aires protégées polyvalentes avec utilisation durable des ressources naturelles. Elles se caractérisent par des territoires aménagés de grandes superficies présentant un haut niveau de naturalité. Elles constituent des zones tampons entre les aires protégées strictes et le reste du territoire public aménagé, afin de filtrer certaines perturbations. Ainsi, les aires protégées polyvalentes ne se substituent pas aux aires protégées strictes – qui sont essentielles pour protéger des écosystèmes représentatifs de leur province naturelle – mais sont utilisées de façon complémentaire. En s’appuyant sur le principe d’une zone tampon, la réconciliation des activités de conservation et d’utilisation durable des ressources naturelles pourrait créer un réel potentiel de gain sur le territoire public aménagé. Cette réconciliation assurerait la conservation de la biodiversité et la mise en valeur des écosystèmes afin d’assurer la poursuite durable des activités des populations utilisant et vivant de l’exploitation des ressources naturelles. 

Il est nécessaire à ce stade-ci de la réflexion d’assurer un transfert de l’information la plus juste possible afin de stimuler des échanges constructifs avec les groupes d’acteurs environnementaux et utilisateurs du territoire. Ces échanges permettront de faire évoluer le concept vers une sphère d’acceptabilité qui est essentielle. L’exercice proposé consiste à informer et recueillir les perceptions de deux groupes d’acteurs, ceux des milieux environnementaux et fauniques, sur le concept d’aire protégée polyvalente.

 

870, avenue De Salaberry
Bureau 207
Québec (Québec) G1R 2T9
Carte google

418 648-2104

 

418 648-0991

 
Je fais un don