Perception et sensibilisation

Le carcajou a la réputation d'être un animal féroce et agressif, même si son comportement s'apparente à celui des autres mustélidés. Cette mauvaise réputation est due à sa curiosité, et au fait qu'il peut piller des caches, saccager des cabanes et marquer de musc et d'urine ses trouvailles, les rendant inutilisables pour les humains. Cette perception est encore bien présente aujourd'hui.

Pour les populations autochtones, le carcajou occupe une grande place dans la culture, les légendes et histoires. Cet animal est considéré à la fois comme une espèce très respectée, mais aussi comme un ennemi redoutable. D'un côté, les populations autochtones reconnaissent sa force et son intelligence. De l'autre côté, le carcajou est reconnu comme l'animal le plus détesté, en raison de son caractère vicieux et destructeur.

Même si le carcajou est respecté pour ces caractéristiques par les autochtones, il n'était pas le bienvenu sur leur territoire. Même si la situation du carcajou est floue au Québec, Nature Québec cherche à faire évoluer ces perceptions vis-à-vis de l'espèce en faisant mieux connaître le carcajou, en présentant les moyens existants pour favoriser une cohabitation harmonieuse et en offrant la possibilité aux personnes intéressées de s'impliquer dans l'acquisition de connaissances sur le carcajou.

Des outils de sensibilisation ont été développés plus particulièrement à l'attention de la nation Crie.

 

870, avenue De Salaberry
Bureau 207
Québec (Québec) G1R 2T9
Carte google

418 648-2104

 

418 648-0991

 
Je fais un don